Très faciles à préparer, ils font avant tout partie d’une cuisine populaire puisque les gâteaux de poisson étaient initialement préparés avec les restes de la veille. Dans les premiers livres de recette faisant mention des fishcake, on conseille donc d’utiliser les restes de poisson et une purée froide, qui sera plus facile à modeler et tiendra mieux dans le bain de friture.

Différentes interprétations du gâteau de poisson à travers le monde



Si le gâteau de poisson nous vient à l’origine de l’Angleterre, on en retrouve des déclinaisons à travers le monde. Découvrez les variations les plus délicieuses.

En Asie

Selon les contes populaires, le gâteau de poisson chinois aurait en réalité plus de 4 000 ans. La légende raconte que l’empereur Shun l’aurait fait préparer par un pêcheur pour satisfaire l’appétit difficile de ses femmes après une longue période de voyage. A la fin du 19e siècle, les fishcake étaient là encore le repas favori de la famille royale qui améliora la recette avant qu’elle ne devienne célèbre dans tout l’empire.

En Corée, les fishcake ont été introduits suite à l’occupation japonaise et le développement de l’industrie de la pêche dans la région de Busan. Les gâteaux de poisson y sont préparés avec de la morue, mais aussi de l’aiglefin ou du merlan. On y retrouve plus rarement des variétés grasse comme le saumon (aux saveurs très distinctes) ou encore au tourteaux. La version coréenne ne contient pas de chapelure et les galettes sont uniquement trempées dans de l’oeuf (parfois du lait) avant d’être frites. Selon les régions, le poisson est haché plus ou moins finement, et la recette agrémentée de crevette, de bacon, d’herbes fraiches ou d’épices.


En Inde, on mange le gâteau de poisson avec la pêche locale (issue des rivières) et recouverte de chapelure frite (le maacher chop). On les déguste pour les grandes occasions, notamment les fêtes bengali de la classe moyenne. En Indonésie, on utilise un poisson local, le pempek, et on donne une forme légèrement ronde ou cylindrique à ses fishcake. La recette thailandaise (ou Thot Man pla) fait partie des plus populaire. Le poisson est d’abord écrasé avant d’être mélangé avec des haricots verts hachés, de la coriandre, de la sauce poisson, des feuilles de combaya, du curry rouge. Le tout est frit puis servi avec une sauce au piment doux.